L'AGA et le CGA PICPUS


Avec plus de 20 000 adhérents, le Centre de Gestion et l’Association Agréés Picpus sont des acteurs majeurs de l’accompagnement des TPE, commerçants, artisans, prestataires de services, professionnels libéraux, micro-entrepreneurs et auto-entrepreneurs.

Créés et administrés par des experts-comptables, le CGA et l’AGA Picpus comptent 50 collaborateurs, à Paris, à Nanterre  et à Saint-Maur-des-Fossés.

Une équipe dont l'objectif est de mettre au service de ses adhérents, ses connaissances de l’environnement économique et législatif des TPE et professions libérales.

Pourquoi adhérer à Picpus ?


Adhérer à Picpus permet de bénéficier :

> d’avantages fiscaux importants, avec notamment la non-majoration de 25 % du bénéfice imposable pour les professionnels et entreprises soumis à l'IR,
> de services d’aide à la gestion et de prévention économique et fiscale,
> de formations et d’information adaptées aux TPE,
> de l’accès à un réseau de professionnels d’horizons divers.












Vous êtes nombreux à nous interroger sur la durée légale de conservation des documents comptable et fiscaux.
Les livres et les registres comptables, ainsi que les pièces justificatives doivent être conservés pendant 10 ans... (lire la suite)




Plus de 200 formations et ateliers autours des thèmes chers aux dirigeants de TPE : ficalité, comptabilité, droit social, commercial, informatique... Une approche résolument pratique et des intervenants reconnus pour leur expertise et leur pédagogie. Gagnez en expertise !

Actualités


Fiscales, sociales, juridiques...


Fiscalité : renseignements verbaux

Les renseignements verbaux donnés par les agents de l’administration fiscale lors des campagnes de déclaration de revenus ne sont pas garantis

Durant la campagne d’impôt sur le revenu, les agents de l’administration fiscale se tiennent à la disposition des personnes souhaitant être aidées pour compléter leurs déclarations d’impôt. La question s’est posée de savoir quelle était la portée de l’aide apportée dans ce cadre.
Seules les prises de position formelles de l’administration lui sont opposables, à savoir les réponses écrites et signées par un fonctionnaire qualifié pour engager l’administration fiscale.
Les renseignements verbaux donnés par l’administration, ayant notamment pour objet d’aider les contribuables dans l’accomplissement de leurs obligations fiscales, ne peuvent donc pas être regardés comme tels. En effet, il n’est pas possible de garantir dans ce cadre, l’exactitude et l’exhaustivité des informations transmises à l’administration fiscale, ni celles de la réponse apportée dans le cadre d’un échange oral.
Par conséquent, l’administration restera libre de rectifier ultérieurement ces déclarations fiscales, à l’issue d’un contrôle. Pour autant, il sera admis de ne pas appliquer d’intérêt de retard lorsqu’un contribuable, dont la bonne foi ne peut être mise en cause, établit que sa déclaration a été remplie avec l’aide d’un agent de l’administration fiscale et régularise sa situation lorsque l’administration l’y invite.

Rép. Canevet n° 08754, JO 16 mai 2019, Sén. quest. p. 2606



Le 07/06/2019
Fiscalité : renseignements verbaux - Durant la campagne d’impôt...


Actu sociale

Mise à jour de la Charte du cotisant contrôlé

La Charte du cotisant contrôlé informe le cotisant sur le déroulement de la procédure de contrôle URSSAF, ainsi que sur ses droits et obligations dans ce cadre. Elle est mentionnée dans l’avis de contrôle adressé au professionnel avant le démarrage des opérations de contrôle.
Cette Charte a été actualisée par un arrêté du 8 mars 2019, afin de prendre en compte les dernières évolutions législatives impactant les droits des cotisants.
Parmi ces évolutions, on notera : 
- la possibilité de demander une prolongation du délai de 30 jours pour répondre à la lettre d’observation ; 
- le recours au pouvoir d’arbitrage de l’ACOSS en cas de désaccord entre un ou plusieurs organismes de recouvrement et une ou plusieurs fédérations d’institutions de retraite complémentaire sur l’application des allègements généraux ; 
- les modulations des majorations en cas de travail dissimulé ; 
- le recours devant le TGI (Tribunal de Grande Instance) et non plus devant le TASS (Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale) qui a été supprimé depuis le 1er janvier 2019 ; 
- la dématérialisation de la mise en demeure qui peut être adressée par tout moyen donnant date certaine à sa réception.

Charte du cotisant contrôlé

Arrêté du 8 mars 2019, JORF n°0065 du 17 mars 2019





Le 07/06/2019
URSSAF -
La Charte du cotisant contrôlé informe le cotisant ...


Actu juridique

Attention aux prescriptions des soins de nuit

La majoration des honoraires des infirmiers pour les soins dispensés entre 20h et 8h ne peut être perçue que si la prescription médicale indique de manière précise la nécessité impérieuse d’une exécution de nuit. C’est ce qu’a rappelé le Conseil d’État dans un arrêt rendu le 26 juillet 2018.
Ainsi, un praticien qui a appliqué la majoration susmentionnée à une patiente dont la prescription médicale indiquait que les soins devaient être dispensés « le matin avant 8h » sans précision d’une nécessité absolue, a été condamné par l’Ordre des infirmiers à rembourser plus de 25 000 € et interdit de prodiguer des soins pour une durée de 3 mois. Ces peines ont par la suite été aggravées par la Cour d’appel, puis confirmées par le Conseil d’État au motif que la prescription médicale devait être explicite.

Conseil d’État, 26 juillet 2018, n°409631

Le 07/06/2019
Infirmiers - Attention aux prescriptions des soins de nuit....